Le magazine particuliers

Epargner pour sa retraite. Assurance vie et investissement locatif

Il existe plusieurs types de placements dont l’objectif est de vous permettre de disposer d’un complément de revenus le jour où vous ferez valoir vos droits à la retraite.

Imprimer cet article

Des plans d’épargne mis en place par les pouvoirs publics

Le plan d’épargne retraite populaire (PERP) permet de constituer un complément de revenu pour la retraite, en effectuant des versements, réguliers ou non, tout au long de votre vie professionnelle. Il existe une variante du PERP pour les travailleurs non-salariés, les commerçants, les artisans ou les professions libérales ainsi que pour leurs conjoints : il s’agit des contrats dits Madelin (entre autres différences, les versements doivent se faire régulièrement), déclinés également pour les exploitants agricoles. La variante du PERP pour les fonctionnaires est la complémentaire Préfon retraite. Le plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) est pour sa part un outil non pas individuel, mais qui peut vous être proposé par l’entreprise dont vous êtes salarié. Le Perco donne la possibilité de se constituer une épargne, accessible au moment de la retraite sous forme de rente ou, si l’accord collectif le prévoit, sous forme de capital. Enfin, toujours un cadre collectif, il existe des contrats souscrits et financés par les entreprises, au profit de l’ensemble des salariés, ou d’une catégorie (collège), destinés à la constitution d’une retraite complémentaire, versée sous forme de rente viagère (ils sont généralement appelés contrats article 83 ou article 39, en référence à des articles du Code général des impôts).

Choisir l’assurance vie

Au-delà des avantages fiscaux liés à la succession, l’assurance vie est un moyen pertinent de se créer des revenus complémentaires en vue de la retraite. En effet, ce placement permet de constituer à son rythme un capital, pour la retraite ou pour tout autre projet. Ainsi, lors de votre départ en retraite, si vous avez besoin de revenus complémentaires, vous pourrez utiliser votre contrat d’assurance vie en mettant en place des retraits partiels programmés ou en convertissant votre capital en rente viagère garantie à vie. Bien sûr vous pourrez aussi décider de différer la perception de revenus réguliers tout en effectuant si besoin, des retraits partiels ponctuels.

Investir dans l’immobilier locatif

Pouvoir profiter d’un revenu locatif, c’est-à-dire d’un complément de ressources, est une perspective intéressante, surtout lorsque l’on est à la retraite et que l’on a eu la possibilité préalable, au cours de sa vie active, de financer le bien, en ayant totalement ou partiellement recours au crédit. Outre les revenus qu’il procure, l’investissement locatif présente différents atouts : possibilité de réduire ses impôts et effort d’épargne limité puisque les loyers viennent couvrir les charges d’emprunt. Ce placement ne doit toutefois pas être envisagé à la légère : la qualité de l’emplacement, du bien convoité et la réalité du marché locatif local doivent être appréhendés avec la plus grande sagesse.

SCPI et OPCI : une alternative à l’investissement locatif

Avec une mise de fonds plus modeste, la souscription de parts de SCPI (société civile de placement immobilier) permet de profiter d’avantages voisins à ceux de l’investissement locatif en direct, avec les soucis de gestion en moins. Certaines SCPI sont spécialisées dans l’immobilier d’habitation, d’autres dans l’immobilier tertiaire (bureaux, entrepôts...), ce qui peut constituer une poche de diversification intéressante. Depuis quelques années, un nouveau type de placement immobilier est accessible : il s’agit des OPCI (organismes de placement collectif en immobilier). Ceux-ci sont plus liquides que les SCPI car leur patrimoine n’est pas entièrement consacré à l’immobilier et la société gestionnaire est obligée de les reprendre. Pour autant, la vente peut prendre plusieurs semaines et il existe, comme pour un investissement immobilier en direct, un risque de perte en capital.

En savoir plus

Service public – Assurance vie

Uni éditions - MIG - juin 2013

Imprimer cet article