Le magazine particuliers

Investissez à votre rythme avec le Plan d’Epargne Boursière

L’investissement en Bourse est sans doute celui qui, sur le long terme, offre les perspectives de rendement les plus attractives. Mais difficile d’anticiper les meilleurs moments pour entrer sur les marchés.
Le Plan d’Epargne Boursière (PEB) offre aux épargnants une stratégie d’investissement régulier grâce à des versements programmés pour lisser les risques.

Imprimer cet article

Acheter au son du canon et vendre au son du violon...

Voilà un principe difficile à mettre en œuvre. Qui peut se targuer de savoir vendre au plus haut et d’acheter au plus bas ?

Pour limiter les risques, les établissements bancaires ont mis sur pied des stratégies d’investissement régulier au travers de versements programmés : le Plan d’Epargne Boursière. Boursière.

Investissez à votre rythme

Le principe est simple : vous fixez librement le montant à investir, avec un minimum de 45 euros par mois, ainsi que la périodicité des versements (par exemple, tous les mois ou tous les trimestres).

Les fonds sont ensuite investis dans une sélection de Sicav et FCP de votre choix.

Il peut s’agir de fonds « purs », investis en actions (spécialisés sur des zones géographiques ou des secteurs d’investissements notamment), en obligations ou en produits monétaires, ou de fonds diversifiés, composés de ces différentes classes d’actifs.

Le premier intérêt de ce mécanisme est de lisser dans le temps le prix d’achat des fonds, ce qui permet de gommer les à-coups de la Bourse. L’autre avantage est évidemment sa souplesse.

Les versements mensuels minimums sont peu élevés, ce qui permet de se constituer au fil de l’eau un capital boursier sans mise de départ importante. Il est possible d’augmenter le montant de ses versements, de les suspendre ou de les interrompre à tout moment. Vous pouvez également faire des versements exceptionnels.

Des enveloppes fiscales adaptées à votre situation

Vous pouvez décider d’investir dans le cadre d’un compte-titres ordinaire. Mais le Plan d’Epargne Boursière vous permet également de profiter des avantages fiscaux attachés au Plan d’épargne en action (PEA) ou à l’assurance-vie.

Sous certaines conditions, vous bénéficierez alors de l’exonération des plus-values. Mais le choix des supports sera souvent moins large. Par exemple, seuls les OPCVM composés d’au moins 75 % d’actions françaises ou européennes peuvent être logés dans un PEA.

Bien choisir son enveloppe fiscale

Si vous investissez via un compte titre ordinaire, vos plus-values de cession de valeurs mobilières sont imposables dès le premier euro de cession. A compter du 1er janvier 2013, elles sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu, et peuvent être réduites par un abattement dépendant de la durée de détention des titres.

Via un Plan d’épargne en action (PEA), la fiscalité dépendra de sa durée de détention. Pour une cession avant deux ans, les plus-values seront taxées au taux de 38 %, prélèvements sociaux compris.

Entre deux et cinq ans, le taux d’imposition sera ramené à 34.5 %, prélèvements sociaux compris. Ce n’est qu’après cinq ans que vos plus-values seront exonérées (elles subiront toutefois les prélèvements sociaux, aujourd’hui au taux de 15,5%).

Enfin, dans un contrat d’assurance-vie, les gains sont taxés à 35 % avant quatre ans, 15 % entre quatre et huit ans, et 7,5 % au-delà, après application d’un abattement de 4.600 euros sur les gains (9.200 euros pour un couple). Et dans tous les cas, les gains subissent les prélèvements sociaux.

© Philippe Richard - Uni-Editions - novembre 2013

Imprimer cet article