Le magazine particuliers

Quelle épargne pour votre retraite ? PERP et PERCO

Comment compléter votre retraite ? Il existe des placements diversifiés qui permettent de se constituer un capital à moyen ou long terme. L’objectif : pouvoir disposer de revenus complémentaires au moment où vous cesserez définitivement votre activité professionnelle. Petite revue des plans d’épargne disponibles…

Imprimer cet article

Près d’un quart du revenu des retraités est issu des revenus du patrimoine. Un coup de pouce indispensable pour maintenir son niveau de vie après avoir fait valoir ses droits à la retraite. Pour se créer des revenus complémentaires, il n’existe pas d’autre solution que de se forcer à épargner individuellement lorsque l’on est en activité professionnelle. Il est alors possible de placer son argent sur différents types de placements, comme l’assurance vie. En fonction des risques que l’on est en mesure d’accepter ou non, l’épargne sera investie sur des supports sécurisés (supports en euros), ou sur des unités de compte qui ne garantissent pas le capital (Sicav, FCP…), mais qui, en contrepartie, offrent des perspectives de gains plus importantes à long terme. Il est également possible d’ouvrir un PEA (plan d’épargne en actions), pour y placer son épargne en actions, ou en Sicav notamment, sous réserve d’avoir bien mesuré auparavant les risques d’une telle opération, les contraintes d’immobilisation de l’argent pendant une certaine période afin de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. Pour ceux que la gestion d’un bien immobilier ne rebute pas, il est encore possible d’orienter son épargne vers de l’immobilier locatif : une fois le bien entièrement payé, vous bénéficierez de revenus complémentaires au travers des loyers versés. Là encore, cette opération suppose un minimum de gestion et d’attention. Enfin, divers produits de placement offrant des revenus complémentaires une fois à la retraite ont été mis en place ces dernières années par les pouvoirs publics. Ils sont assortis d’avantages fiscaux intéressants.

Le Perp, plan d’épargne individuel, accessible à tous

Le plan d’épargne retraite populaire (Perp) est un contrat d’épargne à long terme, accessible à tous. Il permet de se constituer un complément de revenu régulier pour la retraite, en contrepartie de versements (libres ou réguliers), effectués au cours de la vie professionnelle. Cette épargne est disponible dès l’acquisition des droits à la retraite (60 ans et plus selon l’année de naissance). Elle est reversée sous forme de rente viagère jusqu’au décès de l’assuré. Il est également possible de la récupérer sous forme de capital, au moment du départ à la retraite : 20 % maximum de la valeur de rachat du contrat, les 80 % restants étant alors convertis en rente viagère. Enfin, lorsque l’on acquiert sa résidence principale au moment de la retraite, et sous certaines conditions, il est possible de récupérer la totalité de son épargne. Excepté ces possibilités, le déblocage anticipé des sommes en compte n’est possible avant la retraite que si le titulaire du plan est confronté à une situation grave (décès du conjoint ou du partenaire pacsé, invalidité, surendettement…). Une variante du Perp existe pour les travailleurs non-salariés, commerçants, artisans ou professions libérales : c’est le contrat Loi Madelin. Son équivalent, la Préfon retraite, est réservé aux fonctionnaires. Ces trois produits bénéficient d’un avantage fiscal à l’entrée, puisque les sommes versées sont déductibles des revenus imposables, dans certaines limites, indiquées chaque année dans la déclaration de revenus. La rente Perp est, pour sa part, soumise aux prélèvements sociaux et imposable comme les pensions de retraite. Les sorties en capital, à hauteur de 20 % (si le contrat l’autorise), ou de 100 %, notamment lorsque l’on est confronté à un cas grave, sont, quant à elles, soumises en plus des prélèvements sociaux, au barème progressif de l’impôt sur le revenu ou au prélèvement libératoire de 7,5 %.

Le Perco, plan d’épargne collectif, réservé aux salariés des entreprises qui le proposent Le plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) permet aux salariés, avec l’aide de leur entreprise, de se constituer une épargne accessible au moment de la retraite sous forme de rente ou, si l’accord collectif le prévoit, sous forme de capital. Le Perco peut être alimenté, entre autres, par les sommes issues de la participation aux bénéfices de l’entreprise, par celles versées au titre de l’intéressement, ou par des versements volontaires du salarié (dans certaines limites) auxquels l’entreprise peut abonder. Comme pour le Perp, il existe des cas de déblocage anticipé avant le départ à la retraite du salarié. Le Perco est ouvert à toutes les structures employant au moins un salarié. C’est une variante du plan d’épargne entreprise (PEE). D’ailleurs, une entreprise ne peut pas instaurer de Perco si elle ne propose pas déjà un PEE. Le Perco présente plusieurs avantages fiscaux et sociaux pour l’entreprise et pour ses salariés. Pour ces derniers, les sommes versées par l’entreprise dans le Perco (intéressement, participation ou abondement) ne sont pas imposables (hormis les prélèvements sociaux). À la sortie, le capital ainsi que les plus-values réalisées sont exonérés d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux. En cas de versement sous forme de rente viagère, seule une partie de la rente est imposable, contrairement à la rente issue d’un Perp.

En savoir plus

Perp : http://vosdroits.service-public.fr/... Perco : http://vosdroits.service-public.fr/...

© MIG – Uni éditions - septembre 2013

Imprimer cet article