Le magazine particuliers

Retraite : racheter des trimestres

Vous avez commencé à travailler tard en raison de vos études supérieures ? Travailleur non salarié, vos revenus ont été très faibles certaines années ? Vous pouvez, sous certaines conditions, racheter des trimestres de retraite mais avant d’engager cette démarche, il faut impérativement calculer son coût par rapport au supplément de retraite procuré.

Imprimer cet article

Vous avez fait des études

Afin de pouvoir obtenir une retraite à taux plein, les assurés peuvent, sous certaines conditions, racheter des trimestres de cotisation manquants, dans la limite de 12 trimestres maximum. Ce dispositif volontaire, également appelé rachat « Fillon » a été instauré par la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites. Les trimestres pouvant être rachetés doivent concerner des années d’études au sein d’établissements d’enseignement supérieur, d’écoles techniques supérieures, de grandes écoles ou de classes préparatoires (sous réserve d’avoir été admis en grande école). Vous ne devez pas avoir été affilié à un régime de retraite obligatoire durant ces années d’études (en France comme dans un État membre de l’Union européenne) qui doivent avoir été validées par un diplôme. Cette opération est ouverte à toute personne de plus de 20 ans et de moins de 67 ans.

Comment ça marche ?

Racheter des trimestres permet d’obtenir une pension de retraite de base à taux plein ou de minorer le coefficient de réduction appliqué si l’on souhaite prendre sa retraite avant l’âge du taux plein (entre 66 ans et 2 mois et 67 ans suivant l’année de naissance). Il est également possible de racheter des trimestres pour améliorer à la fois le taux de calcul de la retraite et la durée d’assurance. Le coût d’un rachat, quel qu’il soit, est fonction de trois éléments : la date à laquelle cette opération est envisagée (plus vous êtes proche de votre départ en retraite, plus le coût sera élevé), le niveau de salaire que vous percevez au moment où cette opération est envisagée et l’option que vous allez choisir : augmentation du seul taux de retraite, sachant que vous ne pouvez pas partir en retraite avant d’avoir atteint l’âge légal minimum, qui est actuellement de 61 ans et 2 mois (pour les personnes nées en 1953), ou augmentation du taux et de la durée d’assurance. Si vous devez travailler encore plusieurs années avant de prendre votre retraite, il est donc préférable d’être sûr de l’âge auquel vous souhaitez partir. Dans tous les cas, mieux vaut vous rapprocher de votre régime de retraite de base et de votre dernier régime de retraite complémentaire pour vous faire expliquer dans le détail ces calculs complexes (un rachat à la retraite de base peut avoir une incidence positive sur la retraite complémentaire, notamment si vous êtes salarié). Une fois les simulations réalisées et votre décision prise, sachez que les versements peuvent être étalés dans le temps et réglés par prélèvement mensuel. Le rachat de trimestres est déductible de votre salaire imposable, mais cet avantage fiscal ne doit pas être l’argument décisif… Des rachats de points sont également possibles dans les régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc dès lors que des trimestres ont été rachetés auprès du régime de base.

Il vous manque des trimestres

Si certaines de vos annuités sont incomplètes (vous avez cotisé moins de 4 trimestres certaines années), vous pouvez également racheter les trimestres qui vous manquent. Là encore, il est important de se rapprocher de votre caisse de retraite de base pour mesurer l’impact de cette opération. Si vous avez exercé en tant que travailleur non-salarié (TNS) ou profession libérale et que vos faibles revenus professionnels ne vous ont pas permis de valider quatre trimestres par année d’activité, vous pouvez également racheter des trimestres auprès de votre caisse de retraite. À noter qu’un nouveau dispositif valable jusqu’au 31 décembre 2013, permet aux artisans, commerçants et industriels de racheter des trimestres en cas d’années incomplètes et ce, dans des conditions particulièrement avantageuses. Ces différents rachats de trimestres sont déductibles des revenus imposables (salaires, bénéfices commerciaux ou non commerciaux).

En savoir plus

L’assurance retraite – Les rachats CNAVPL – Les rachats

Uni-Editions – MIG-Juin 2013

Imprimer cet article