Le magazine particuliers

Trouvez les meilleurs placements pour vos liquidités

Après la hausse des taux du mois d’août 2007, les livrets bancaires, réglementés ou non, sont désormais plus rémunérateurs, et retrouvent donc un peu d’attrait.

Des raisons qui doivent vous pousser à revoir vos placements pour tirer le meilleur parti de vos liquidités.

Imprimer cet article

Une épargne réglementée attractive

La première chose à faire est de profiter de la souplesse et du cadre fiscal très favorable des livrets réglementés.

Livret Développement Durable

Totalement exonéré d’impôt et de prélèvements sociaux, le Livret Développement Durable (ex Codevi) rapporte aujourd’hui 4%*. Il est possible d’y loger jusqu’à 6.000 €.

Livret d’épargne populaire

Les personnes faiblement imposées (ayant payé en 2007 moins de 732 € d’impôts) bénéficient même d’un placement encore plus attrayant : le livret d’épargne populaire (LEP). Il offre 4,50%* nets d’impôt et de prélèvements sociaux (le plafond de versement est fixé à 7.700 €).

Ces deux produits peuvent également être souscrits par le conjoint au sein du foyer fiscal, ce qui vous permet de doubler leurs avantages respectifs.

Livret jeune

Il ne faut pas oublier non plus le livret jeune, réservé aux 12-25 ans. Plafonné à 1.600 € de dépôts, il propose une rémunération au moins égale à celle du livret de développement durable. Mais les banques lui donnent généralement un coup de pouce supplémentaire.

Compte épargne logement

Il peut être également intéressant de lorgner du côté de l’épargne logement. Avec le Compte épargne logement (CEL), par exemple, votre épargne reste disponible à tout moment. La rémunération est en revanche moins attrayante (2,75%*) et elle est partiellement fiscalisée (11% de prélèvements sociaux). Mais vous pouvez demander un prêt immobilier à taux avantageux après 18 mois d’épargne seulement.

Plan d’épargne logement

Le Plan d’épargne logement (PEL) peut quant à lui offrir également des opportunités dans certaines conditions. Les PEL les plus récents (ouverts après le 01/08/2003) offrent une rémunération de 2,50 % boostée par une prime d’épargne lorsque vous demandez un prêt d’épargne logement ; mais vous ne pourrez pas y placer de « liquidités » car, en contrepartie, votre épargne doit rester bloquée pendant 4 minimum. Les plans plus anciens, souscrits jusqu’au 11 décembre 2002 ne vous imposent pas de contracter un crédit immobilier pour obtenir la prime d’épargne. Et leur rémunération peut être très attractive, selon leur date de souscription.

D’autres solutions intéressantes

Une fois que vous aurez fait le plein de ces produits, vous pourrez vous tourner vers d’autres offres non réglementées, tout aussi sûres et liquides.

La plupart des établissements bancaires font figurer dans leur offre un livret bancaire. Parfois plus rémunérateur que le livret de développement durable, il est en revanche fiscalisé.

Les intérêts sont soumis, au choix de l’épargnant, soit au prélèvement forfaitaire libératoire de 18 %, soit au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Et dans tous les cas, il faudra acquitter également 11% de prélèvements sociaux.

Tout aussi pratiques, les fonds monétaires détenus sur un compte Titres se contentent pour la plupart de protéger les liquidités contre l’inflation. Ils présentent toutefois un intérêt : les sommes sont rémunérées au jour le jour, et non plus selon la « règle des quinzaines » (voir encadré).

Et il n’y a aucun plafond de versement. Soyez toutefois attentifs aux frais qui ne doivent pas venir amputer vos gains, et à la fiscalité appliquée après franchissement d’un seuil annuel de cessions de valeurs mobilières (25.000 € en 2008).

La rémunération des livrets

La rémunération des livrets bancaires (réglementés ou non) obéit à la règle "de la quinzaine".

Les sommes déposées du 1er au 15 du mois ne commenceront à rapporter des intérêts qu’à compter du 16. De même pour les sommes déposées du 16 au dernier jour du mois, qui ne rapporteront des intérêts qu’à partir du 1er jour du mois suivant.

À l’inverse, les sommes retirées entre le 1er et le 15 ne rapportent des intérêts que jusqu’au dernier jour du mois précédent, et celles retirées entre le 16 et le dernier jour du mois ne sont rémunérées que jusqu’au 15 du même mois. Il est donc important d‘optimiser vos versements et vos retraits : une somme placée pendant 20 jours à cheval sur deux quinzaines peut ne rien vous rapporter !

* taux en vigueur au 01/08/2008

© Uni-Editions - Août 2008

Imprimer cet article