Le magazine particuliers

Des placements qui réduiront vos impôts

Certains investissements vous permettent de bénéficier d’un avantage fiscal immédiat.

À quelques semaines de la fin de l’année, c’est le moment de vous décider pour alléger votre impôt.

Imprimer cet article

Pensez aux fonds de partage

En souscrivant des parts d’un fonds de partage, vous vous engagez par avance à abandonner une partie de la rémunération de votre épargne – entre 25 et 50 % – à une ou plusieurs associations caritatives auxquelles le fonds est associé.

En contrepartie, la partie des revenus reversée à ces associations sous forme de dons vous ouvre droit à la réduction d’impôt pour dons aux œuvres.

Pour la part des intérêts reversés à une association ou une ONG, en cas d’option pour les prélèvements forfaitaires, le taux d’imposition est de 16%, prélèvements sociaux compris, contre 29 % en 2008 pour ceux reversés aux porteurs. Ces intérêts sont considérés comme des dons et ouvrent droit à une réduction d’impôt pour les dons aux œuvres.

Préparez votre retraite avec un Perp

Accessible à tous les futurs retraités, quelle que soit leur catégorie professionnelle, le Perp (Plan épargne retraite populaire) est destiné à la constitution d’un complément de revenus, versé sous forme de rente viagère au plus tôt à partir de l’âge de la retraite.

Vous pouvez l’alimenter par des versements libres ou programmés : ceux que vous avez effectués en 2008 sont déductibles de votre revenu imposable, dans la limite de 10 % de vos revenus professionnels de l’année 2007, avec un minimum de 3.218 € et un plafond de 25.747 € en 2008.

Toutefois, si vos versements dépassent votre plafond individuel, vous pouvez désormais bénéficier d’une déduction supplémentaire dans la limite du plafond de déduction non utilisé par votre conjoint ou partenaire de Pacs.

Soutenez les sociétés innovantes et régionales avec les FCPI et les FIP

L’investissement en parts de fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) ou en parts de fonds d’investissement de proximité (FIP), principalement investis dans des PME technologiquement innovantes ou régionales, vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Pour chacun de ces deux supports, elle est égale à 25 % des sommes versées en 2008, retenues dans la limite de 12.000 € pour une personne seule ou de 24.000 € pour un couple. Soit une réduction maximale de 3.000 € ou de 6.000 € pour chacun de ces deux dispositifs, selon votre situation de famille.

En contrepartie, vous devez conserver vos parts pendant au moins 5 ans. À défaut, la réduction d’impôt dont vous avez bénéficié sera remise en cause.

Les avantages fiscaux des FCPI et des FIP peuvent être cumulés. A noter que la durée minimum de détention d’un FCPI ou d’un FIP est en général de 8 à 10 ans. Par la nature de leurs investissements, ces placements sont très exposés au risque, ils doivent donc représenter une part mesurée d’un portefeuille déjà diversifié et être entrepris sur le long terme.

Réduction d’impôt et déduction du revenu : quelle différence ?

Une réduction d’impôt s’impute directement sur l’impôt à payer. Pour en profiter pleinement, il faut donc que le montant de votre impôt soit au minimum égal à celui de la réduction, car l’excédent est, le plus souvent, définitivement perdu.

À l’inverse, une déduction vient en diminution de votre base d’imposition : elle est d’autant plus avantageuse que vous êtes fortement imposable. Plus vous atteignez les tranches élevées du barème et plus vous y avez intérêt.

© Nathalie Cheysson-Kaplan – Uni-Editions – Novembre 2008

Imprimer cet article