Le magazine particuliers

Les avantages de la luminothérapie sur notre santé en hiver

Des études ont établi que le manque de lumière naturelle a un effet direct sur ce que l’on qualifie souvent de “blues de l’hiver”. La luminothérapie propose d’y remédier grâce à la diffusion artificielle d’une lumière proche de celle du soleil.

Imprimer cet article

Une observation ancienne

Différentes études émanant de l’IFOP et de l’IPSOS démontrent en effet que 61 % des Français se sentent plus fatigués en hiver, 54 % ont plus de mal à se réveiller et 58 % reconnaissent être de moins bonne humeur. Dès 1903, le docteur danois Niels Finsen, prix Nobel de médecine, mettait pourtant en évidence les avantages thérapeutiques de la lumière naturelle sur l’homme. Et de la lumière en hiver, c’est précisément ce qui fait défaut ! Il faudra toutefois attendre les années 2005 pour que le principe de ce médecin soit reconnu comme un traitement efficace contre les déprimes saisonnières, les troubles du sommeil et la dépression en général. Aujourd’hui connu sous le nom de luminothérapie, ce traitement s’est répandu dans les milieux médicaux mais aussi sous forme de lampes d’éclairage à installer dans toute la maison pour produire une lumière bénéfique pour la santé.

Comment ça marche ?

Le principe de la luminothérapie est relativement simple. Le corps humain est en effet régulé par la lumière du soleil sur un cycle exact de 24 heures. Source d’énergie, elle influence l’humeur et agit bénéfiquement sur le biorythme du corps à condition d’être “naturelle”. Concrètement, une exposition à travers une vitre ou un pare-brise n’a que très peu d’effets par rapport à une exposition directe au soleil. L’insuffisance de lumière qui affecte donc directement l’horloge biologique peut se traduire par une dérégulation du cycle journalier et entraîner une altération du “bien-être”. Or, les jours en hiver sont plus courts et donc moins riches en lumière naturelle. La luminothérapie propose juste de rétablir l’équilibre à l’aide de lampes et/ou d’appareils diffusant une lumière très proche de celle du soleil.

Où pratiquer la luminothérapie ?

Il existe actuellement deux formes de thérapie : à l’hôpital pour les personnes souffrant de dépressions et autres troubles de fatigue, stress, etc., et à la maison, en prévention, à l’aide de lampes de luminothérapie. Adaptées à tous les âges, ces ampoules conviennent à toute personne supportant normalement la lumière du soleil. Il est donc possible de les installer dans toutes les pièces du foyer. Comment choisir ses lampes ?

Les appareils et lampes de luminothérapie sont régis par la norme CE médical (93/42/CEE) qui garantit que les fabricants ont fait valider leurs dispositifs auprès d’un organisme de certification des appareils médicaux. Gage de sécurité, cette norme certifie notamment que la lampe ne délivre pas d’UV nocifs pour la santé. Côté puissance, l’unité de mesure utilisée est le lux. L’intensité lumineuse doit être supérieure à 2 000 lux afin d’agir efficacement. Une exposition lumineuse de 10 000 lux, au niveau des yeux, durant 30 minutes chaque jour est le standard cliniquement recommandé.

© Marie Varandat – Uni-éditions – Mars 2012

Imprimer cet article