Le magazine particuliers

Thalassothérapie : un secteur en plein essor

Depuis que les soins en thalassothérapie ne sont plus remboursés par la Sécurité sociale, les établissements diversifient leurs offres pour attirer une large clientèle et la formule s’exporte à l’étranger pour offrir des prestations de luxe à coût réduit. Mais le plus souvent, les forfaits proposés ne prennent pas en charge l’intégralité du séjour. Soyez attentifs au descriptif.

Imprimer cet article

Un loisir de luxe ?

L’année 1998 marque un tournant dans l’histoire de la thalassothérapie. Si la Sécurité Sociale ne remet pas en cause les vertus thérapeutiques des séjours dans ce type d’établissements, elle les considère comme un luxe et décide donc de mettre fin aux remboursements. A partir de cette date, les offres de thalasso se transforment : mécaniquement plus chères parce que non remboursées, elles sont repensées pour le marché du bien-être et connaissent un essor considérable. Considérée désormais comme un loisir de luxe, la thalassothérapie va encore subir une mutation à partir de la crise économique, vers 2008, avec l’apparition en France d’une offre très haut de gamme et des séjours plus abordables dans des pays où la main-d’œuvre est moins chère : Maghreb, Europe de l’Est, etc. Au passage, les offres sont dépoussiérées de leur image vieillottes pour élargir le spectre de la clientèle avec une communication renforcée sur la remise en forme, le spa désormais associé à la thalasso, ou encore le thermoludisme, terme réunissant toutes les activités ludiques proposées dans l’eau. Côté prix, le coût d’un séjour d’une semaine varie en moyenne entre 500 € et 1 000 €, parfois beaucoup plus, mais les offres changent beaucoup d’un établissement à l’autre. Il arrive en effet que les tarifs ne comprennent pas les soins, l’hébergement ou le voyage. Il est donc important de bien lire le descriptif du séjour avant de s’engager.

Bien choisir sa cure

Au-delà des volets détente et bien-être, la thalassothérapie a une action purificatrice grâce aux phytoplanctons qui secrètent des substances antivirales et antibiotiques. Par ailleurs, en bord de mer ou à la montagne, l’air est chargé d’ions négatifs qui ont un effet positif sur la santé. Concrètement, toute personne qui suit une cure recharge littéralement ses batteries grâce à l’action électrolytique de l’eau de mer et des oligo-éléments, c’est-à-dire la transformation d’une énergie électrique en énergie chimique. Pour un effet pérenne estimé à environ 6 mois, une cure doit durer au minimum 5 jours. Les week-ends en thalasso, très en vogue actuellement, permettent donc de se relaxer mais n’ont pas réellement d’effet durable. Enfin, la thalassothérapie est un traitement pratiqué sur la base de soins. On en distingue trois principaux. Les soins dits “secs”, à base de kinésithérapie et autres techniques de massage et de relaxation, pérennisent les effets de la cure. Les soins “humides” reposent sur des techniques d’hydrothérapie. Ils sont pratiqués à l’aide d’eau de mer, souvent chauffée et mise sous pression. Ils ont un effet revitalisant, l’eau exerçant une action à la fois tonifiante et décontractante sur l’appareil musculaire. Enfin, les soins à base d’algues ou de boues concernent surtout les douleurs rhumatismales ou articulaires.

© Marie Varandat – Uni-éditions – février 2012

Imprimer cet article