Le magazine particuliers

Scooter ou moto : quel budget ?

Se déplacer sans perdre des heures dans les embouteillages ? C’est possible, en passant au deux-roues ! Avec une moto ou un scooter, vous circulez plus simplement. Mais pour quel budget ?

Imprimer cet article

L’investissement initial

La palette des prix est large, en fonction de la catégorie et de la marque. Du scooter basique à la moto routière haut de gamme, le tarif des véhicules neufs varie de moins de 1.500 € à plus de 15.000 €… Sur le marché de l’occasion, selon le kilométrage et l’état du deux-roues, vous pouvez espérer obtenir une réduction importante.

L’équipement indispensable

Rouler bien équipé est vital pour se déplacer en deux-roues. Hormis cette protection extérieure, le conducteur ne peut en effet compter que sur ses réflexes en cas de problème. Achat indispensable et obligatoire : le casque.

C’est en effet la seule mesure de sécurité qui constitue une obligation aux yeux de la loi pour le conducteur et le passager d’un véhicule à deux-roues, sous peine d’une amende de 135 € (minorée à 90 € en cas de règlement sous trois jours). Et si vous envisagez de transporter un passager, il faudra investir dans un second casque. Le coût ? Environ 100 € minimum par casque.

L’antivol est lui aussi indispensable. Mieux vaut opter pour un antivol rigide en U ou pour une chaîne. Il vous en coûtera de 30 à 100 € environ. Viennent ensuite les gants, le blouson renforcé… autant d’accessoires qui vous protègeront des intempéries et des chocs. Pensez aussi aux équipements annexes comme un pare-brise ou un tablier. Le budget total représente un minimum de 2.500 €.

Quel permis ?

?

Si l’on n’a pas deux ans de permis B (auto) et que l’on n’est pas en possession d’un permis A ou A1 (moto), on ne peut conduire qu’un deux-roues dont la cylindrée ne dépasse pas 50 cm3. Et dans tous les cas, le permis A est nécessaire pour conduire des deux-roues de plus de 125 cm3. Le BSR (brevet de sécurité routière) ou le permis A1 sont obligatoires pour les conducteurs âgés de plus de 14 ans et de moins de 18 ans, et pour des catégories allant de moins de 50 à 125 cm3.

Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2011, les nouveaux conducteurs de motocyclettes légères et de scooters, de 50 à 125 cm3, même titulaires d’un permis B, doivent passer une formation avant de prendre la route. Dispensée par une auto-école ou une association certifiée, cette formation obligatoire de sept heures coûte environ 350 €. Les conducteurs disposant de cinq années d’ancienneté sont exemptés de cet apprentissage, sur présentation d’un justificatif délivré par leur compagnie d’assurance. Quant aux contrevenants, ils encourent une amende de 135 euros.

Bien choisir son assurance

A l’investissement initial s’ajoutent des frais récurrents liés à l’usage courant, comme le carburant et les frais d’entretien, qui peuvent s’élever en moyenne à 200 € par an. Autre poste important : l’assurance. Il faut prévoir entre 200 et 1 000 € par an, en fonction du modèle, de votre expérience, des garanties choisies... Les principales formules sont l’assurance « au tiers » ou « tout risque », les garanties étant plus complètes dans le deuxième cas. Il est conseillé de souscrire une garantie pour les dommages corporels du conducteur car, en cas d’accident, celui-ci est particulièrement exposé. Si vous avez suivi le stage de formation, et si vous bénéficiez déjà d’un bonus sur votre assurance auto, il vous sera plus facile de négocier un tarif intéressant.

Plus d’infos :

© Uni-éditions – Annie Lichtner - mars 2011

Imprimer cet article